Crédit immobilier : la domiciliation des revenus n'est en rien une obligation

Il est faux de penser que domicilier ses revenus auprès de sa banque prêteuse est une obligation. Si rien n'est écrit noir sur blanc dans votre contrat de prêt, changez de banque comme bon vous semble ! A partir du 1er janvier 2018, tous les nouveaux crédits immobiliers seront soumis à l'ordonnance encadrant la domiciliation des revenus.
Publié le mardi 5 septembre 2017, par

L’ordonnance du 1er juin 2017 (journal Officiel du 3 juin 2017) encadre la domiciliation des revenus dans le cadre de l’obtention d’un prêt immobilier. Cette ordonnance fait suite à la loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique.

Revenus domiciliés imposés pendant 10 ans maximum, sous réserve de perception d’un avantage financier

Ce nouveau dispositif s’appliquera aux offres de prêt immobilier émises à compter du 1er janvier 2018. Les prêts en cours de remboursement et ceux souscrits jusqu’à la fin de l’année ne sont donc pas concernés.

Mais à partir de l’année prochaine, la domiciliation ne pourra être imposée pour une durée supérieure à 10 ans selon un décret à paraître (moins si la durée du crédit est plus courte). En échange de cette domiciliation, l’emprunteur doit bénéficier d’un avantage individualisé.

Actuellement, si rien n’est écrit explicitement dans votre contrat de prêt, vous pouvez changer de banque comme vous le souhaitez (pensez à effectuer des virements permanents afin que les prélèvements sur votre compte ne tombent en incidents).

Non domiciliation bancaire des revenus : de plus en plus de banques en font un argument commercial !

Changer de banque parce que vous avez avez souscrit un crédit immobilier dans une autre banque ne devrait plus être une des raisons majeures de la mobilité bancaire. Et ces banques ont bien raison... On ne construit pas une relation commerciale durable en imposant des conditions.

Crédit immobilier : la domiciliation des revenus n'est en rien une obligation ,


Panorama Banques Panorama Banques : A lire également

BforBank, en retard dans ses objectifs de croissance, devrait recevoir une rallonge financière du Crédit Agricole
22 novembre 2017

Le marché des banques en ligne est redoutable, peu d’entre elles arrivent à ne pas être dans le rouge. BforBank, la banque en ligne du Crédit Agricole, lancée en 2009 est bien loin d’avoir atteint ses objectifs annoncés de 250.000 clients en 2015, deux plus tard, en 2017, elle n’en affiche que 180.000. Le Crédit Agricole devrait remettre 120 millions d’euros dans la banque en ligne afin de soutenir son développement, selon les informations relayées par Les Echos ce matin.


BforBank / Fnac.com : jusqu'à 200€ offerts pour l'ouverture simultanée d'un compte courant et d'un livret épargne BforBank
21 novembre 2017

C’est déjà Noël avant l’heure chez BforBank. Pas moins de 200€ offerts pour l’ouverture simultanée de votre compte courant BforBank et de votre livret épargne maison BforBank. 120€ offerts sous forme de primes, 80€ sous forme de bons cadeaux à dépenser sur le site Fnac.com.


A partir du 20 novembre et pendant 9 jours chez Monabanq, 50€ offerts en bons cadeaux + 10€ / mois pendant 12 mois
20 novembre 2017

Chez Monabanq, pour l’ouverture d’un compte courant, une offre réservée aux nouveaux clients, utilisant effectivement leur compte, permet de percevoir 10€ par mois, pendant 1 an. Du 20 u 29 novembre 2017, 50€ en bons cadeaux sont également offerts. C’est déjà un peu Noël avant l’heure...


Le Compte Premium, tout comme la Visa Premier, désormais accessibles sans condition de revenus chez Monabanq
17 novembre 2017

Toujours plus proche des gens, Monabanq joint une nouvelle fois les actes à la parole et améliore son offre sur le Compte Premium. Désormais, il n’est plus nécessaire de justifier d’un revenu net mensuel de 750 euros pour un ouvrir un Compte Premium.


Subprimes II, le retour ? Les Américains de nouveau trop endettés, plus qu'avant la crise de 2007
17 novembre 2017

La dette totale des ménages américains s’élève à près de 13.000 milliards de dollars, soit légèrement plus qu’avant la crise des subprimes de 2007 aux USA. Les crédits immobiliers ne sont pas concernés cette fois-ci, le risque porterait sur les crédits auto pour les leasing... Cette même folie de la location longue durée qui prend de l’ampleur actuellement en Europe.