Néobanque : Revolut, rattrapée par la crise, ajuste son offre en conséquence

Alors que premières banques en ligne fêtent leur 20 ans en France, et, pour la plupart, ne sont toujours pas rentables, les néobanques, dont le modèle économique est encore plus délicat, commencent à souffrir terriblement de la crise sanitaire. Revolut en fait l’amère expérience, positionnée sur le secteur des frais réduits hors zone euro, alors que les conditions pour voyager sont restreintes.

Publié le

🎁 Offres de bienvenue des banques : 500€ cumulés au 13 juin 2024 (3 offres)

Il ne s’agit évidemment pas de cumuler toutes ces offres pour empocher ces primes en euros. Ces offres de bienvenue sont toutes soumises à des conditions de souscription, parfois obligeant à faire du compte courant ouvert, son compte principal. Toutefois cela devrait permettre de choisir sa banque plus sereinement, en connaissance des offres de la concurrence.

Annoncée le 15 juin dernier, la hausse des tarifs de Revolut est effective à compter du 12 août. Les clients de l’offre Métal subissent par ailleurs quelques ajustements des services proposés. Ces premiers ont été avertis par courriel. Ce n’est probablement qu’un début.

Revolut met un masque sur ses ambitions

Tout miser sur les tarifs concurrentiels pour les expatriés et voyageurs hors de la zone euro a ses limites, surtout quand les voyages sont interdits ou fortement restreints. Du coup, la néobanque d’origine britannique a réagit et a réduit son personnel, de quelques dizaines de personnes selon différentes sources de presse. Au final, le Brexit de la fin 2020 ne sera qu’un fait mineur face à la crise actuelle.

Proposer de l’or physique à ses clients Premium n’aura pas suffit. Le plan de développement aux USA s’avère encore plus délicat que prévu. En attendant, la néobanque tente de passer la crise, au mieux.

Le marché des néobanques est saturée d’offres et les barrières à l’entrée sont trop minces pour limiter les nouveaux arrivants. Bilan, certaines néobanques commencent à s’enfoncer sérieusement dans le rouge, et sont contraintes de revoir leurs ambitions. La concentration du marché a même du mal à se mettre en place.

Changement effectif des conditions générales au 12 août 2020

Les clients actifs au quotidien sont passés de 1,3 million le 1er février à 0,9 million le 28 mars, selon les documents de l’entreprise consultés par Wired.

  • Des frais sont ajoutés en cas de dépassement de la limite de change mensuelle. Cette limite de change est rabaissée à 1 000 € par mois (limite qui n’est pratiquement jamais dépassée selon nos études). Au-delà de cette limite, les frais sont de 0,5 %.
  • Si les taux de change interbancaire restent identiques les jours de semaine, les week-ends, les majorations de prix augmenteront de 0,5 % à 1 % pour les principales devises.
  • Pour les virements vers un compte dans un autre pays que celui du client, le premier paiement de chaque mois reste gratuit et, par la suite, des frais de 0.5 € seront appliqués par virement.
  • En cas de virement vers un pays dans une devise différente de sa devise nationale, des frais seront appliqués, de 3 € pour des virements en USD et de 5 € pour les virements hors USD.

Le virement instantané en euros (gratuit), tout un service de remises sur de grandes marques (cashback commercial) a été ajouté.

Pour les clients Metal, Revolut a décidé de supprimer son service de conciergerie et des avantages en voyage (de fait, devenu superflu en cette période de déplacements limités).

Comme la loi l’impose, suite à ces changements de conditions générales, si le client ne désire pas y adhérer, la clôture du compte Revolut s’effectue sans frais.

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Néobanque : Revolut, rattrapée Publiez votre commentaire ou posez votre question...

Néobanque : Revolut, rattrapée par la crise,... : à lire également

Néobanque : Revolut, rattrapée par la crise,... : Mots-clés relatifs à l'article