Bourse : c’est avec optimisme que les investisseurs envisagent cette semaine !

La Bourse de Paris retrouvait le goût du risque (+1,91%) à l’entame d’une semaine chargée en termes de politique monétaire, de statistiques et de publications d’entreprises.

Publié le

🎁 Offres de bienvenue des banques : 480€ cumulés au 17 avril 2024 (4 offres)

Il ne s’agit évidemment pas de cumuler toutes ces offres pour empocher ces primes en euros. Ces offres de bienvenue sont toutes soumises à des conditions de souscription, parfois obligeant à faire du compte courant ouvert, son compte principal. Toutefois cela devrait permettre de choisir sa banque plus sereinement, en connaissance des offres de la concurrence.

La Bourse de Paris positive à l’entame d’une semaine chargée (+1,91%)

A 09H33 , l’indice CAC 40 avançait de 86,25 points à 4.479,57 points. Vendredi, la place parisienne avait fini en net repli (-1,30%). "Les marchés continuent de jouer une amélioration rapide de la situation dans les pays occidentaux avec un déconfinement progressif qui va se mettre en place dans les jours et les semaines à venir", écrit Tangi le Liboux, analyste chez Aurel BGC. "Coté statistiques et résultats d’entreprises, la semaine sera chargée avec la publication du Produit intérieur brut en zone euro et aux Etats-Unis pour le premier trimestre, les déclarations de politiques monétaires de la Fed mercredi et de la BCE jeudi ou encore la publication d’un nombre important de résultats de sociétés pour le premier trimestre de l’année", énumère Vincent Boy, analyste marché chez IG France.
Les marchés asiatiques étaient bien orientés après l’annonce de la Banque du Japon (BoJ) qui a renforcé lundi ses programmes de rachats d’actifs dans le but de soutenir l’économie,mais qui a aussi drastiquement abaissé ses prévisions de croissance et d’inflation. "Les chiffres de la croissance en Europe, Canada et Etats-Unis devraient offrir le premier aperçu sur l’ampleur des dommages économiques, écrit Ipek Ozkardeskaya, analyste à Swissquote Bank.

"Les investisseurs gardent en tête que les chiffres pourraient chuter davantage au deuxième trimestre dans la mesure où la plupart des économies développées ont interrompu leurs activités à la fin mars seulement", souligne-t-il. "Ainsi la perspective d’une économie au ralenti pendant un certain temps devrait conduire les investisseurs à remettre en question la forte progression des marchés actions, qui était plutôt soutenue par l’anticipation d’un boom économique à partir du troisième trimestre de l’année" aux Etats-Unis, prévoit aussi M. Boy.

Sur le marché du pétrole, la tendance n’était pas à l’amélioration : le prix du baril de brut américain continuait de plonger sur le marché asiatique en raison de la chute de la demande provoquée par l’épidémie de coronavirus et des inquiétudes quant aux capacités de stockage. Et ce, même si lesproducteurs s’apprêtent à baisser la production pour stimuler le marché. L’administration américaine envisage d’accorder des prêts aux entreprises pétrolières, en grandes difficultés face à la chute des prix de l’or noir, a indiqué dimanche le secrétaire au Trésor qui estime par ailleurs que l’économie va "vraiment rebondir" au troisième trimestre. La détente se poursuivait sur les rendements obligataires grâce au maintien de la note souveraine de l’Italie par l’agence S&P Global Ratings.

  • Sur le SBF 120, l’action Air France-KLM grimpait de 5,33% à 4,70 euros. Le directeur général du groupe Benjamin Smith ne prévoit pas de retour à une activité normale avant deux ans, mais souligne que le prêt de l’Etat français et des banques de 7 milliards d’euros va permettre "de passer la période la plus difficile".
  • Les valeurs bancaires repartaient à la hausse : BNP Paribas (+4,66% à 27,48 euros), Société Générale (+3,30% à 13,96 euros) et Crédit Agricole (+3,49% à 6,77 euros),
  • Renault montait de 4,36% à 16,70 euros. L’Etat français envisage de garantir un prêt bancaire d’environ 5 milliards d’euros pour aider le groupe automobile.
  • Le secteur immobilier reprenait des couleurs. Icade gagnait 3,47% à 71,65 euros en dépit d’un chiffre d’affaires consolidé en baisse de 10% pour le premier trimestre 2020, Nexity (+3% à 27,46 euros), Unibail-Rodamco-Westfield (+3,27% à 51,88%).
  • Alten cédait 0,15% à 65 euros alors que le groupe envisage une baisse de 9% de son chiffre d’affaires au premier semestre du fait de la crise liée au coronavirus.
  • Le secteur du tourisme sera à surveiller après une vidéoconférence des ministres de l’UE du Tourisme en milieu de matinée.

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Bourse : c'est avec (...) Publiez votre commentaire ou posez votre question...

Bourse : c’est avec optimisme que les investisseur : à lire également

Bourse : c’est avec optimisme que les investisseur : Mots-clés relatifs à l'article