Journée contre la précarité énergétique

Journée contre la précarité énergétique
© stock.adobe.com
20% de la population française souffre de la précarité énergétique.

Publié le

🎁 Offres de bienvenue des banques : 420€ cumulés au 22 février 2024 (3 offres)

Il ne s’agit évidemment pas de cumuler toutes ces offres pour empocher ces primes en euros. Ces offres de bienvenue sont toutes soumises à des conditions de souscription, parfois obligeant à faire du compte courant ouvert, son compte principal. Toutefois cela devrait permettre de choisir sa banque plus sereinement, en connaissance des offres de la concurrence.

Journée contre la précarité énergétique

C’est ce 23 novembre la journée de lutte conte la précarité énergétique. Selon l’Observatoire de la précarité énergétique, 22% des Français ont eu froid pendant au moins 24 heures lors de l’hiver 2021-2022 et parmi eux 37% expliquent que ce sont pour des raisons financières.

12 millions de personnes sont concernées par la #PrécaritéÉnergétique en France. C’est 20% de la population. Pire encore, ce phénomène s’aggrave. En 2022, 27% des Français ont eu des difficultés à payer leurs factures d’énergie. Ils étaient 18% en 2020.

Le 23 novembre 2023, soyons nombreuses et nombreux à nous mobiliser pour faire de la lutte contre la précarité énergétique un sujet incontournable. Pour que plus personne ne vive dans des passoires ou des bouilloires thermiques, pour promouvoir des initiatives qui fonctionnent partout en France, pour que plus personne ne doive choisir entre se nourrir et se chauffer.

Les 5,2 millions de passoires thermiques impossibles à chauffer en hiver se transforment en bouilloires énergétiques impossibles à refroidir en été et sont inhabitables. Les causes sont similaires : isolations peu performantes, surexposition au soleil ou encore absence de protections ou de volets. Un propriétaire bailleur doit louer un logement avec une température minimum de 19 degrés, alors qu’aucune température maximale n’est indiquée, forçant ainsi les locataires modestes à improviser des solutions de survie ou à fuir leurs logements.

Lutter contre la précarité énergétique d’été nécessite de repenser l’organisation des villes et du bâti. Des solutions low-tech sont à portée de main, mais encore faut-il mettre les moyens pour les déployer. La température intérieure peut baisser de 2°C à 5°C grâce à de simples protections solaires et de 6°C à 7°C en peignant les toits en blanc. Végétaliser les villes et les logements peut aussi se révéler très efficace avec une différence de température pouvant atteindre 10°C. Par ailleurs, ces solutions sont des alternatives à la climatisation, une forme de « mal-adaptation » au changement climatique en plein boom, très polluante, injuste pour celles et ceux qui en subissent les rejets d’air chaud, et qui sont très cher à l’utilisation.

La Fondation Abbé Pierre appelle l’Etat, les collectivités et les propriétaires à protéger les personnes victimes de précarité énergétique :
en équipant en urgence l’ensemble des bâtiments de protections solaires et de revêtements clairs
en rendant ces travaux enfin éligibles aux aides de l’ANAH comme MaPrimeRénov’,
et en lançant un grand plan de végétalisation à l’échelle des villes et des logements.

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Journée contre la précarité Publiez votre commentaire ou posez votre question...

Journée contre la précarité énergétique : à lire également

Journée contre la précarité énergétique : Mots-clés relatifs à l'article